Un moyen d’optimiser la chimiothérapie

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Aujourd’hui sur l’agence-presse de l’IFDP, nous allons parler d’un nouveau moyen d’améliorer les traitements anticancéreux. Avant d’entrer dans le vif du sujet, rappelons que vous pouvez être alerté(e) des nouveaux articles publiés ici sur la page Facebook et le compte Twitter de l’IFDP :

Comme vous pouviez le lire sur de nombreux sites web, des travaux sont actuellement menés par des chercheurs de l’Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (IGBMC) de Strasbourg, et visent de meilleurs résultats pour les séances de chimiothérapie.

Le processus de la chimiothérapie induit des lésions dans l’ADN des cellules tumorales pour éviter que ces dernières ne prolifèrent. Mais notre organisme a pris, au fil du temps et des agressions en tous genres, l’habitude de se défendre en réparant lui-même ces lésions, rendant ainsi la chimiothérapie moins efficace.

Une molécule, la spironolactone, déjà connue et jusqu’à présent utilisée comme diurétique, vient d’être identifiée dans le cadre de ces travaux comme possible adjuvant pour empêcher la réparation par notre organisme des cellules tumorales lésées par la chimiothérapie.

Pour aller plus loin

L’IFDP vous propose, pour plus d’informations de lire les deux articles suivants :

Lire l’article du site Pourquoi Docteur : http://www.pourquoidocteur.fr/Cancers—un-diuretique-pour-ameliorer-la-chimiotherapie–5533.html

Lire l’article du site Sciences et Avenir : http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20140224.OBS7442/une-molecule-pour-ameliorer-l-efficacite-de-la-chimiotherapie.html

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »